25 octobre 2009 – Autour d’un dalbhat

Grishma me ressert un peu de sauce pour le thali. Mon front sue, comme toujours. Mais, depuis le temps, je me suis fait une raison, ça aussi, ça fait partie de l’Inde.
Je suis à Bombay depuis quelques jours, et je découvre peu à peu cette ville pleine de contrastes. D’un coté, on y ressent fortement l’influence anglaise, surtout lorsque l’on se trouve dans le sud, autour de la célèbre VT station, ou encore dans le riche quartier de Colaba, au pied de la Gate of India. Calme.

25 octobre 2009 - Autour d’un dalbhat c-1543-300x225
Victoria Station

 

c-1406-300x225
La Gate of India

 

Bombay, c’est aussi la foule. Dans le Crawford Bazar par exemple, immense marché à ciel ouvert. Pour y parvenir, mieux vaux n’utiliser ni voiture, ni taxi, ni vélo d’ailleurs, à moins d’avoir du temps, beaucoup de temps, et des oreilles prêtes à supporter un incroyable concert de klaxons fous.

c-195-224x300
A Crawford Bazar

 

Bombay, ville de contrastes, où à quelques encablures des quartiers riches et calmes, des gens dorment dans la rue, partout. Où les hommes en costume marchent aux cotés de gamins cul nu.

c-189-300x225

 

c-1582-224x300

 

c-1621-300x225

 

c-165-300x225

 

Me voilà dans Dharavi, le plus grand bidonville d’Asie. C’est un quartier extrêmement vivant, et je suis quand même surpris, car pour un bidonville, je m’attendais a plus de tôle et moins de brique.

c-230-300x225

 

Maintenant, les investisseurs rachètent à la pelle des parcelles de terrain. Pour 3 immeubles qu’ils construisent, ils en donnent un aux délogés, et vendent les deux autres. Dans 10 ans, Dharavi sera-t-il toujours un slum ? Le problème, c’est que les “relogés” retournent le plus souvent vivre au bidonville pour louer l’appartement qui leur a été attribué…

c-202-300x225

 

Je reste presque une semaine chez Nikhil, Grishma et leurs deux enfants, Nirvan et Siddhant, adorable famille chez qui je me ressource un peu tout en découvrant la ville. Siddhant, 7ans, parle déjà 4 langues, l’Hindi, le Maharashti, pour parler avec la famille, le Gujrat pour parler avec la grand mère, et l’anglais, pour parler à l’école.

c-222-300x225

 

J’ai toujours tenté d’apprendre un peu de vocabulaire des pays traversés, mais en Inde, la tache est rude, vu que dès que j’arrive dans un nouvel état, une nouvelle langue est parlée!

On n’a pas vu Bombay si l’on n’a pas vu un film de Bollywood. Chants, danses et clichés pleins d’humour sur fond de guerre entre les clans veg et non veg (la religion Hindoue préconisant d’être végétarien, tous les restaurants indiens sont soit veg soit non veg). Heureusement, Quick Gun Murugun le cow-boy est la pour rendre justice, et moi, j’ai vu Bombay, il est temps de reprendre le vélo.

c-172-300x225

 

Les étapes qui suivent sont sous le signe de la campagne et du soleil, le long de ma route NH3 que je vais longer pendant presque deux semaines, jusqu’à Agra.

p9210159-300x225

 

Ce soir, j’arrive à Shahapur. Où vais-je dormir? Il est tard, et deux gamins me proposent de les suivre, ils ont un endroit pour moi. Bon, je les suis, un peu sceptique tout de même…et c’est à un petit temple qu’ils me mènent. La foule…et le brahmane ne voit pas d’inconvénient à ce que j’y passe la nuit.

p91700171-300x225
Dans le Temple

 

p9180019-300x225
Le matin, je suis invité à prendre le petit déjeuner chez une famille sympa

 

Un peu de vélo, et me voilà maintenant à Malegaon. Une vie et une authenticité incroyables ce soir, mes yeux prennent de la vie partout où ils se posent. Dans cette ville, atmosphère de temps passés.

p9190091-300x225
Une fabrique de tissu…

 

p9190114-300x225
…et une autre

 

p91900752-224x300

 

Le lendemain, c’est une journée spéciale…y’en a des comme ça. Pour commencer, une crevaison, à priori rien de bien méchant, si ce n’est que c’est encore un modèle de chambre pour lequel, stupidement, je n’ai pas l’embout de gonflage. Heureusement un mécano pas loin me sauve, et je peux repartir.

p9190052-300x225

 

Une heure pour une crevaison, c’est quand même idiot. Route cabossée poussiéreuse et en travaux, et je loupe l’entrée de Dhule, où je souhaitais absolument me rendre, en milieu de journée. Détour de 3kms pour trouver enfin le centre, grr. Là je suis fatigué, et la foule, autour, ces gens par dizaines qui m’observent, comme d’habitude, et ne me laissent pas manger mes samosas tranquille, comme si j’étais une curiosité ou une bête de cirque. A la longue, c’est fatiguant, et je reprends la route un peu énervé.
La nuit est tombée, je suis enfin à Shirpur, un peu à bout mais heureux de me poser, enfin. Et la…surprise! Je regarde mon vélo…et ses 3 sacoches! C’est une grande première, j’ai perdu ma sacoche arrière droite, en route, sans m’en rendre compte, celle qui contenait tous mes habits. Bon…eh ben je n’ai plus qu’à me refaire une garde robe.
Cela m’offre quand même une expérience indienne incontournable, car le lendemain matin, pour tenter de retrouver ma sacoche, je refais l’étape en stop, ce qui me permet un petit voyage en camion Tata. Vous savez, ceux aux couleurs psychédéliques et au klaxon musical dont le volume flirte avec le nirvana des décibels, et qui roulent par milliers sur ces routes.

p9260247-300x219

 

Le klaxon, en Inde. Ma bête noire. Ma hantise. On les entend à des kilomètres à la ronde, et il semble certain que les indiens voient une corrélation serrée entre la qualité de la conduite et le taux d’utilisation du klaxon.
J’ai peur maintenant quand un camion approche. Je sais que mes tympans vont encore en prendre un coup. Je me bouche l’oreille droite, serre les dents, ils klaxonne, passe, je tends une fois de plus le poing en l’air.
Au début, c’est…étonnant mais on en sourit. A la fin, ça exaspère, cette utilisation débile et démesurée des klaxons bien trop forts, et ça fait mal aux oreilles, pour de vrai.

p9210144-300x225

 

J’arrive tout de même à Shendwa, et aucun plan pour la nuit en vue, mais j’ai vraiment pas envie de reprendre la route dans le noir, pour sortir de la ville et poser la tente. Mais, à défaut d’autre solution, je m’y résous, et après un thali, remonte sur le vélo.

c-501-300x225

Le thali indien

 

Quelques centaines de mètres, de la musique, des gens qui dansent, il n’en faut pas plus, je m’arrête. On me voit, on me laisse une chaise, on m’apporte le tchai. Toute la famille de Vinod Ramesh, le chef, est là et m’observe, on communique assez sommairement, mais une chose est sûre, ce soir, je suis leur invité. Ils fêtent le Navratra Festival et c’est beau.

p9210160-5-300x225

 

On danse autour du Dieu (moi y compris!) et vraiment, si une chose me rend heureux, en Inde, c’est de voir ces femmes danser, sourire, dans les couleurs vives de leurs beaux saris, ça faisait longtemps.

c-124-240x300

 

Après une bonne nuit sur une paillasse chez eux, je repars, content, après un dernier bain de famille.

p9220161-300x225

 

Quelques ghats qui font grimper la route, mais je prends mon pied quand même, à pédaler. J’aime ces journées sous le soleil, avec mon vélo, je ne manque de rien.

p9200132-300x225

 

Mon objectif du jour était Manpur, alors je pédale un peu après la nuit pour y arriver, mais je ne suis pas vraiment récompensé: c’est un village ridiculement petit, moi qui espérait la ville ce soir. J’ai beau demander le centre-ville, il n’y en a pas, ou plutôt j’y suis, là au bord de la grosse route.
Résigné, je me pose dans le bruit, thé et samosas, et bouquin. Finalement, il était écrit que je rencontrerais ce soir Mahesh, le seul habitant certainement parlant anglais, et que j’aurais droit à la douche fraîche, avec une bassine d’eau, peut-être l’une des meilleures du voyage, que c’est bon, cette eau fraîche sur mon corps tout collant. Mahesh tient à ce que je dorme sur son lit, et lui par terre. Je refuse, mais il gagne…c’est délicat de refuser trop fort un cadeau…

p9220177-300x225
Avec Mahesh

 

A Indore, je rachète ma garde-robe ainsi qu’un magnifique sac-à-dos qui fera office de sacoche arrière, et puis Chhotesheikh, le roi du vélo, bricole mon vélo…

p9230182-300x225

 

et pour finir, je rencontre au cyber Asif qui m’invite à dormir.

p9230186-300x225

 

Asif va sûrement se marier l’an prochain. “Tu as une copine?” “Non, mais je sais qu’il y a une fille. Mes parents sont en cours de discussion avec les siens. C’est très excitant pour moi, de ne savoir ni son nom, ni son visage. Je la découvrirai le jour du mariage.”

Fébrile, ce matin. Je reprends quand même la route, mais après une petite demi-heure, les forces me manquent. Sieste forcée. Je suis malade. Je tente de repartir, mais peu après je dois m’arrêter de nouveau. A vrai dire, je ne peux m’en prendre qu’à moi même…l’eau locale…la première fois, je m’étais pourtant juré que c’était fini. Et puis, peu a peu, la tentation s’est faite trop forte, et j’ai replongé…Cette fois, je me jure que c’est la dernière… pour combien de temps?
J’arrive tout de même à Chidawad, pour une nuit un peu fiévreuse dans la tente. Matin, réveil-surprise. Dès 6h, les parlottes, les rires et les cris, devant la tente. C’est bien trop tôt pour moi, je les ignore. Mais ça ne va pas en diminuant! On parle, on observe, on touche la tente, on voudrait que je sorte. Je les laisse tenter de me réveiller, eux ne me laissent pas de répit, mais je tiens fièrement, jusqu’à 9h. Ils sont des dizaines, des enfants, des adultes, à attendre l’évènement: ma sortie. Ce qui finit par arriver, et je remballe tout mon matériel devant un public attentif.

p9250215-300x225

 

A partir de maintenant, je n’aurai plus de répit en Inde.
Ça va mieux qu’hier, et j’arrive à Biaora, soir de festival, mais dans le noir total: c’est la coupure d’électricité quotidienne. Pour moi, c’est désagréable d’arriver dans le noir. Mais surtout, surtout, que c’est dangereux une ville sans éclairage public! Je veux bien qu’il y aie des économies, mais pas de service minimum, ça je comprends pas.
Mais bon, festival tout de même, avec une lumière qui revient de temps en temps, musique bien trop forte dans les rues et foule autour de moi.

p9250231-300x225

 

Et ça finit bien, vu que je suis invité dans la famille de Pavan, rencontré dans une impasse alors que j’essayais d’esquiver une mobylette de plus qui s’amusait à me suivre.

p9250239-300x225

 

Nouvelle ville, nouvelle fête, à Guna, clochettes et tambours toujours, et bruit, le festival Durga Pooja dure 9 jours.

p9260256-300x225
Course poursuite avec des enfants

 

Coup de chapeau aux ptits jeunes de ce soir. Avijit, Sarthak, Achint et les autres. Ces ados me voient, commencent à m’expliquer que ce soir, il faut que j’aille à l’hôtel, que je suis inconscient, que l’Inde, c’est pas comme ça, que je ne sais pas… Moi, après encore une soirée de foule, j’ai envie d’un peu de calme, et certainement pas d’ados, sympas certes, mais qui me disent ce que je dois faire et me fatiguent. Je fuis. Prends mon vélo et m’échappe, après leur 10ème tentative de me faire revenir à la raison. Motivés ces jeunes! Avec leur scoots, ils parviennent à me retrouver à un café, et recommencent leur laïus. Je me résous à leur tenir la conversation. Sarthak s’éclipse…et revient un petit quart d’heure plus tard. ‘On a un endroit pour toi, pour la nuit!’ Ils explosent de joie, je suis incrédule, et les suis jusqu’à un bâtiment municipal. Et effectivement, j’y suis accueilli par le gardien, qui m’ouvre la porte et m’offre un lit. Ah, des jeunes, quand c’est motivé…Thanks guys!

p9260258-300x225

 

Le lendemain, je reprends la route, au milieu des klaxons insensés, encore et toujours.
Aggrh. Le pire, c’est que les assassins de mes oreilles commettent leur crime, et repartent en toute impunité. Je ne peux rien faire, rien du tout. J’ai la rage. Mais on ne peut pas lutter contre une coutume.

c-175-300x225
Je rêve

 

Juste avant Shivpuri, je dors dans la tente, endroit tranquille – pensai-je – de campagne, et le lendemain matin, rebelote…

p9280270-300x225

 

Avant Gwalior, nuit sur la paillasse d’un resto. Depuis quelques temps, ces restos routiers bordent la route, ils sont tous dotés de paillasses sur lesquelles on mange, fait la sieste, et accessoirement, passe la nuit. Ils ont aussi tous des grands bassins d’eau pour prendre la douche. Ça c’est bien.

p9200128-300x225

 

Journée repos à Gwalior, avant de visiter son magnifique fort, la haut sur la falaise.

p9300305-300x225
Avant, il faut grimper…

 

p9300323-300x225
…et voila la récompense !

 

En haut, il y a aussi un temple Sikh, où je suis invité à manger, et sachez-le, nuit et repas sont toujours offerts dans ces temples, et il ne faut pas remercier, car la nourriture appartient à Dieu, pas aux gens. Côté pratique tout de même, ce sont les fermiers et riches industriels qui font des dons aux temples Sikhs.

Après quelques samosas…

pa250109-224x300

 

et une nouvelle nuit sur la paillasse d’un bouiboui…

pa010372-300x225

 

…voilà Agra, enfin. Mon objectif depuis deux semaines, tout cela pour un monument incontournable que vous aurez reconnu…

pa010386-300x225
Le Taj Mahal

 

Agra, deux semaines avec ce nom, rien que ce nom en tête, juste, pour finir, pour une petite journée dans cette ville…Juste une petite journée, mais c’était ma carotte, et on n’avance pas si on n’a pas de carotte.
A partir d’Agra, apparition des rickshaws à pédale.

pa050467-300x225

 

Ça n’est pas pour fluidifier le trafic des villes, mais, ooooh, que leurs sonnettes caressent les tympans, comparé aux klaxons des autorickshaws!
Finie la NH3, bonjour la NH2. Il fait chaud, et je ne compte plus le nombre de cold drinks que je bois chaque jour. Et des fois le problème c’est que je parcours des dizaines de kilomètres sans trouver de resto ayant de frigo. Et comme pour l’instant, je me tiens à ma règle de plus d’eau locale, c’est un problème. Nuit à Jaswant Nagar.

Voilà quelques moyens de transport que l’on peut rencontrer sur les routes de l’Uttar Pradesh:

p9200140-300x225
Les chars a boeufs

 

p9240208-300x225
Les taxis, que je trouve très classes !

 

Aujourd’hui, grisaille, ça faisait longtemps, et température idéale pour rouler. Je veux arriver à Bhognipur que je vois sur ma carte, et m’en donne les moyens, en roulant tard.
Bhognipur. L’enfer. La ville boue, la ville klaxon, la ville pont.
Je ne vous avais pas encore parlé du chaos des entrées de ville indiennes. Quand je dis chaos, c’est chaos. Klaxons par milliers, voitures par milliers, même moi avec mon vélo je ne peux plus rouler. Une ville indienne, ça pompe trop d’énergie.
Ce soir, en prime, il fait tout noir, et c’est la boue, à cause du pont bypass en construction. Moi qui rêvais de ville et de calme, j’arrive en enfer et je ne suis pas sûr d’en sortir. C’est à bout que je trouve un bouiboui où je me pose, exténué. A boue.
Nuit sur une paillasse, invité au poste de police.

pa040455-300x225
Bienvenue à Bhognipur

 

L’Inde commence à me peser.
J’arrive à Allahabad, le centre est sympa, peuplé et animé, enfin il ne faut pas être pressé, tout va au rythme des rickshaws.
Et tôt le lendemain matin, après une nouvelle nuit dans la tente…

pa060475-300x225

 

Maintenant, direction Bénarès. Mais avant, surprise! Alors que je prenais mon petit dej’ dans un resto au bord de la route, je vois passer…

pa060478-300x225

 

Remco et Petra, deux hollandais. Ce sont les premiers voyageurs à vélo que je rencontre depuis mon départ de Paris! Alors on va ensemble jusqu’à Bénarès, et cela fait bien plaisir.
Bénarès (ou Varanasi) c’est une ville sainte de la religion Hindoue, où l’on vient laver ses péchés en se baignant dans le Gange, accessoirement pollué au plus haut point (mais bon, la tentation était trop forte, je m’y baigne moi aussi..)

pa070512-224x300

 

C’est à la fois mystique et authentique. Des chants, des bougies sur l’eau, des prières, des sadus. J’aime. Et je suis particulièrement baigné dans cette atmosphère, vu que je passe mes trois premières nuits sur le Ghat, là où sont les escaliers qui descendent sur le Gange, et où les pèlerins arrivent dès le lever du soleil. C’est beau.

pa080604-300x225

 

pa070538-300x225

 

Accessoirement, merci à Remco et Petra qui, pendant ce temps gardent mon vélo dans leur chambre d’hôtel, genre de détail qui change un séjour.
Après quelques jours, un peu de repos, beaucoup de lecture, et une lessive, je reprends la route. Enfin presque. Car mon vélo se décide à avoir un vrai problème, enfin: ma roue libre est cassée, quand je pédale, la roue arrière n’est plus entraînée, en gros, le vélo ne roule plus.
Sauf qu’en Inde, trouver une nouvelle cassette arrière de 8 pignons c’est mission impossible. Tout me passe par la tête: combien de temps vais-je rester bloqué ici? Vais-je devoir faire venir une pièce de Paris? Finalement – bonne étoile – je trouve un super mécano, qui parvient à réparer ma roue libre! Ouf. Je n’y croyais pas, mais lendemain matin, je peux repartir.
Une journée de vélo sous le soleil…

p9300369-300x225

 

…pour une nuit à Jianpur, à nouveau dans un poste de police, c’est la série en ce moment.
C’est plat, j’avance bien, et je me rapproche du Népal, malgré un slalom sur route défoncée.
Arrivée à Ghorakpur, un nouveau chaos à la limite de l’insupportable, un bordel monstre, c’est inimaginable. Ils sont fous ces indiens. Je ne sais pas comment, mais je parviens à traverser la ville, avec quelques degrés d’audition en moins certainement, et c’est avec un bonheur inouï que je me dis ‘Celle là, c’était la dernière!’ Ma dernière ville indienne.

pa120664-300x225
Ghorakpur

 

Bientôt finie l’Inde, mais pas encore tout à fait. Car ma roue libre montre des signes de faiblesse, ça n’accroche plus à chaque tour de pédale, de moins en moins d’ailleurs, et du coup, je n’ose plus m’arrêter de toute cette fin d’après midi, de peur de perdre définitivement le peu d’accroche qui me reste. Et j’ai raison. Arrivée à Pharenda ce soir, plus que 30 kms avant le Népal, et un vélo qui ne roule plus, again. Il fait nuit et je m’acharne chez un ptit réparateur qui ne m’aide pas, à essayer de réparer ma roue libre, sans succès. Il ferme, il me vire, j’ai un vélo en miettes. Il faut trouver une solution, et cette foule qui me colle m’insupporte. Un magasin de vélo.
“Une seule solution, qu’ils me disent, faut changer la roue arrière.” Au point où j’en suis…Une heure de bricolage plus tard, je me retrouve avec un vélo monovitesse, fini le dérailleur, mais qui a l’immense avantage de rouler.
Pour finir en beauté, je suis invité au Susham’s hotel, là où j’ai dîné.
Derniers tours de roue en Inde, et encore beaucoup de pompes à eau, partout. Elles sont le vrai problème du pays, car elles puisent directement dans les nappes qu’elles épuisent, et bientôt, l’eau va manquer.

pa130680-300x225

 

Des écoles en plein air, aussi.

pa130683-300x225

 

Et puis enfin…

pa1306901-300x225

 

Le Népal! Depuis le temps que j’en rêve!
Je suis étonné par l’absence de poste frontière à proprement parler. Je passe librement d’un côté à l’autre, c’est à moi de me présenter au bureau d’immigration, de part et d’autre.
Tout droit au fond de la route, un mur immense: j’ai atteint la chaîne des Himalayas.

pa130693-300x225

 

Je passe la nuit à Sunwal, et le lendemain, étape qui longe les montagnes. Tout va pour le mieux…jusqu’au km 17, et la première vraie côte du jour. Ben oui, j’ai une seule vitesse, et une chaîne mal adaptée, un peu trop longue. Donc, dans le plat et les descentes c’est parfait, mais dès qu’il faut forcer sur les pédales, je déraille. Je déraille, je déraille…et la chaîne finit par casser.
Aggrh. Je ne suis pas encore a Katmandou.
Je redescends le petit kilomètre de côte vainement grimpé, et fait réparer ma chaîne. Et je parviens à faire cette étape tant bien que mal, sans compter les déraillages, en étant bien conscient que je ne pourrai pas faire celle de demain dans ces conditions, car demain, la vraie montagne commence. J’ai besoin d’un vélo qui grimpe.

pa130694-300x225

 

J’arrive, un peu par miracle, à Narayangath (hey, rappelez-vous les gars, c’est la ville du gang des pousses-pousses!). A noter, fini le chaos d’Inde, ici, ce sont les klaxonneurs qui sortent du lot et non l’inverse. Je bénis le Népal.
Et ce soir, il faut que je trouve une solution, il me faut à tout prix un dérailleur pour demain. Eh bien la chance est avec moi. Je retrouve une cassette de 7 pignons (au lieu de 8 mais je m’en fous, ça fera bien l’affaire) et un super mécano qui me fait fonctionner tout ça. La chance est avec moi.
Je peux repartir, en ayant bien l’impression de faire un pied de nez au sort, car jusque là, tous ces pépins techniques ne m’ont pas fait perdre une seule journée.
L’étape qui suit est tout simplement incroyable, majestueuse. Je longe la rivière Trisuli dans la vallée, et c’est beau, verdoyant. Le voilà, le Népal.

pa150740-300x225

 

pa160753-300x225

 

Et je n’aurais effectivement jamais pu faire cette étape hyper vallonnée sans dérailleur (jolie invention, je réalise).

Sur la route, des bus qui ont une autre notion du remplissage

pa170816-300x225

 

Jugekhola, minuscule village à 30 kilomètres de Katmandou. Je suis invité à dormir au resto ou j’ai mangé. Depuis peu, les nuits se remettent à être froides, et je ressors mon gros duvet.

pa160750-300x225

 

30 derniers kilomètres, et là, ce n’est plus vallonné, c’est la vraie côte. Je savais bien qu’il faudrait y monter, à Katmandou!
Et ce en début d’après-midi, j’y arrive, et pleins de souvenirs me reviennent. C’est spécial, c’est bon. Ça n’a pas changé. Les Temples, le Durbar Square, le Thamel des touristes, Freak Street. Ce n’est pas sans émotion que je retrouve tous ces lieux.

pa170807-300x225
Des temples…

 

pa170802-300x225
…et de la foule !

 

Et puis tout près, juste à 12 kilomètres, Bhaktapur. Ça c’est pour demain. Bhaktapur, la ville des temples, dont l’impressionnant Nyatapola Temple …

pa170820-224x300

 

pa230022-300x225

 

pa230011-224x300

 

Et surtout, la ville d’Indra, mon ami d’il y a 3 ans. Nous nous retrouvons, heureux, autour d’un dalbhat.

pa170830-300x225
Avec Indra

 

Indra, étudiant en sociologie, a démarré son association, TOIT, en 2000, pour aider les enfants défavorisés de la ville. Il est parti de rien, sauf d’un terrain dont il a hérité. Et ce terrain, au lieu de le revendre, il a décidé d’y faire construire une école. En 2006, avec Sami et Tony, on en avait vu les fondations, et aujourd’hui, elle a 3 étages et accueille 90 enfants. Tout cela grâce aux dons des sponsors européens qu’il a su trouver. Et, au lieu d’aller aux champs ou à la cuisine, 90 enfants qui vont à l’école.

pa230084-300x225

 

pa250119-224x300
L’école

 

Tout n’est pas fini, il manque encore des sous, mais l’important, c’est que l’école soit ouverte. Chapeau Indra. (vous pouvez trouver plein d’infos sur ce projet sur son site www.toit.org.np , et sur celui de mon université http://wwwassos.utc.fr/toitaunepal , où nous aussi on a crée une asso en 2006 pour apporter notre contribution, financière si possible, mais aussi sur place, ou des étudiants ont la chance de pouvoir se rendre chaque année).

J’arrive à Bhaktapur à temps pour le festival de Dipawli, festival des lumières qui se conclut par le nouvel an Newar. J’ai la chance de vivre les festivités dans la famille d’Indra. Et c’est donc ensemble que nous sommes passés en l’an 1130.

pa190923-300x225

 

pa190934-300x225

 

pa190954-224x300

 

pa190957-300x225

 

A présent, je crois qu’il est temps pour moi d’aller faire un petit tour dans les montagnes, à pieds cette fois, je laisse un peu de répit à mon vélo…
Namaste

 

  1. David 10.26.09 / 5am

    Hello Francky!!!

    Ca fait plaisir d’avoir de tes nouvelles, surtout que tout va bien pour toi. Je vois que ta chance légendaire te suit jusque dans le fin fond de l’Asie.
    Avec toutes tes aventures et ta façon de conter tes histoires, tu pourras nous sortir un livre sur ton “Paris-Pékin à vélo”.

    Pour ma part je suis à Montréal depuis le 10 sept et je tente de suivre ton exemple en visitant le pays: Québec, montmorency, Ottawa, Kingston, Toronto, Niagara… mais avec le boulot, le stop dans la neige c’est pas possible ;-)

    En tout cas, j’ai hâte de pouvoir partager ton voyage avec toi de vive voix.
    Bon courage pour la suite.
    A bientôt

  2. Fredo 10.26.09 / 8am

    Salut Franck,

    Chapeau pour ton époppée indienne riche en sons et couleurs. C’est complètement incroyable.

    Que la force du jedi soit avec toi!!!

    Bon courage

    Fred

  3. Pierrick (utc) 10.26.09 / 11am

    Salut Francky !

    Je suis bien content de pouvoir te lire à nouveau. On pensait justement à toi il y a quelques jours ! Tu t’accroches comme un fou et ça fait plaisir à voir.

    Merci pour ce bon bol de lecture et de culture.
    A bientôt ? ;-)

  4. Pierre-Nils 10.26.09 / 12pm

    Hey Franck !
    ça fait plaisir d’avoir à nouveau de tes nouvelles et de voir que t’avance du tonnerre sur ton vélo ( tant qu’il a plus d’une vitesse^^)! Merci de nous faire voyager à travers tes récits et photos ;)
    Ici à compiègne la Com se prépare, et les souvenirs d’il ya 2 ans nous reviennent… que l’ange guitariste plane vers de nouveaux horizons ;)

  5. jourdain marie-danièle 10.26.09 / 5pm

    Quel plaisir de voir que cette folle aventure continue, que d’expériences humaines à vivre!…
    Les pieds aussi sont très bien pour grimper .
    Courage pour la suite.

  6. jp 10.26.09 / 7pm

    Hey francky!
    ça fait plaisir d’avoir de tes nouvelles. Visiblement l’inde a été un calvaire et tu as l’air content d’être arrivé au Népal. Ca doit être une impression unique de revenir en vélo là où on est venu en avion 3 ans avant.
    Bravo pour ta ténacité, il y a du y avoir des moments pas facile avec le vélo qui pète, la foule qui s’agglutine et l’eau qui empoisonne.
    On pense toujours à toi et à ta bonne étoile qui te suit partout. Qu’elle continue de te suivre, ça sera bien comme ça.

    @++
    jp

  7. valnicoetnathan 10.26.09 / 8pm

    Reading your account I remain speechless… It’s simply amazing to see you in such a situation with so many emotions and experiences. Words are hard to find to congratalute you for your courage and unwavering determination and to thank you for sharing this incredible human adventure. The shots of India are emotionally laden and tell a lot about life there. These are emotions by proxy but it means a lot for all the people who follow your trip and love you. Lots of love from the four of us. A question you will have to ask when coming back : who are you after all this ?

  8. Ashwini 10.27.09 / 5am

    Nice presentation. Although i can not read french, the photos are nice. You have gone through many things in India as well as other countries of the world. After meeting so many people, so many places… you are bringing all those experinces to us through this website… its really amazing. your views are great. Me and my family have all the Best wishes for your journey in the world as well as in future life….

    :-)

  9. Clotilde 10.27.09 / 10am

    Ah enfin de tes nouvelles! On commençait à s’inquiéter.
    Merci de nous faire voyager avec toi, nous pauvres étudiants qui n’avons pas les moyens de bouger. Tes photos sont magnifiques et j’échangerai ma place avec la tienne volontiers.
    Comme PN te l’a dit plus haut, la com a repris (plus sérieusement qu’il y a 2 ans lol) et tout nos souvenirs remontent à la surface. Difficile de faire payer son apart au nouveau resp musique lol!
    Quoi qu’il en soit j’espère que ton voyage va se poursuivre aussi bien qu’il a commencé et que tu nous donneras encore plus de détails une fois de retour en France.
    Bon courage et à bientôt.

  10. anne-marie 10.27.09 / 9pm

    avant tout un grand merci de nous faire partager ton extraordinaire voyage et de nous faire découvrir des images authentiques de ces pays dont je rêve mais qui ne semblent pas être tout à fait comme dans mes rêves!!!l.la traversée de l’Inde a été une épreuve difficile et bravo pour ton courage, ta persévérance et ta débrouillardise, finalement, tu as gagné et maintenant te voila au Népal où tu peux te ressourcer. L’école semble très belle et c’est une belle réussite de pouvoir instruire ces enfants. Nous espérons que bientôt tu nous raconteras cela de vive voix . Ton vélo va t-il pouvoir aussi se ressourcer au Népal pour retrouver sa vigueur initiale ? Prends soin de toi et ne vas pas au delà de tes forces, prends le temps de te reposer et de profiter au maximum de ces paysages qui ont l’air grandioses même si nous sommes tous impatients de te retrouver. Nous pensons beaucoup à toi et sommes toujours contents d’avoir de tes nouvelles. gros bisous. tatianne et Bernard

  11. Bérénice 10.28.09 / 8am

    Bonjour Franck,
    C’est avec un réel plaisir que je retrouve ton blog. Incroyable traversée de l’Inde. Tes superbes photos et ton récit me font toucher une réalité assez lointaine des images idéalisées que j’avais de ce pays. Et je pense que l’atmosphère de ce pays t’a vraiment pesé quand j’observe le changement de ton dans le récit que tu en fais. Tu la rends tellement palpable cette “pesanteur” qu’on souffle avec toi lors de l’arrivée au Népal ! J’ai été heureuse de découvrir combien l’école était devenue belle (les dernières photos que j’en connaissais étaient celles de Mehdi), coup de chapeau à Indra, bien sûr, mais aussi à toi, qui, si j’ai tout compris de l’histoire, a été un sacré moteur dans cette aventure de “Toit pour le Népal”. Nous attendons la suite du voyage (aussi insatiables et curieux que la foule indienne !…), prends soin de toi, à bientôt.

  12. Stephane 10.30.09 / 2am

    Salut frank,
    Content d’avoir de tes nouvelles,
    tu as l’air de bien t’amuser, c’est le principal.
    Merci de me faire partager tes aventures!
    A+
    Stephane

  13. Toto 10.31.09 / 5am

    Its awesome snaps,you had a great time around where is the snap you had taken of me without you & nikhil & fly.
    Thanks wish you good luck!

  14. jean-luc Trin 11.04.09 / 6pm

    Salut Franck, déjà 1 an que tu es parti sur cette drôle de machine jaune qui, pour tout dire ne te paraissait pas si familière. Que de chemin parcouru (à tous les sens du terme), que de rencontres, que de découvertes, que de …
    Bon, j’espère qu’un de ces jours le parvis de Notre Dame résonnera du grincement de ton vélo et q’une nouvelle page s’écrira, éclairée de cette si rare expérience.
    Bises
    jl

  15. pierre de la côte aux brebis 11.08.09 / 11am

    Salut FRANCK,
    Te voilà aux portes de la chine. Que de chemin parcouru dejà depuis ton départ. En regardant le carte du monde tu as fait, en gros, les deux tiers de ton parcours, mais il te reste en dehors du Nepal, ou tu te trouves, une très très grande partie de la chine à traverser pour arriver à PEKIN. Que vas-tu en core trouver dans cet immense pays, but de ton voyage ?
    Car il faut reconnaitre que ta traversée de l”Inde fût jonchée de problèmes et de péripéties de tous ordres. Tes crevaisons multiples, tes ennuis de dérailleur, la perte de tes saccoches et tes ennuis de santé, suite à la mauvaise qualité de l’eau, ont gachés sérieusement la traversée de ce pays. Mais ce qui est incroyable, tu arrives toujours à trouver pour finir quelqu’un comme CHHOTESHEIKH, un beau barbu, pour te dépanner et te permettre de repartir.
    Ce qui est chez toi une grande qualité, tu trouves toujours un côté positif à tes ennuis. Tu n’es pas de ceux qui se démoralisent bien au contraire, tu te fortifies de tes avatars et cherche le bon côté de ces tracas. Je trouve celà super, j’aime les gens positifs et tu en es un bel exemple. Bravo Franck !
    Par contre je comprends facilement ton raz le bol de l’inde….Bruits infernaux, circulation intense, pépins mécaniques à répétitions, ennuis de santé, à part les indigènes qui eux sont toujours accueillants et sympa, tu garderas peutêtre un souvenir mitigé de cet immense pays.
    Dis donc, tu as été courageux de te baigner dans le Gange si pollué…..mais le rituel…et il fallait bien laver tous tes pêchés !!!!
    Bravo pour cet étudiant INDRA et son école. Je vais me renseigner sur son site.
    Pour couronner le tout, tu as réussi à passer de l’an 2009 à l’an 1130 et en lumières…..chapeau l’artiste !
    Bonne route, on est avec toi, on parle de toi et on pense à toi.

    Pierre

  16. abolfazl mousavi 11.14.09 / 6am

    hi franck – very good- but are our photo in web ?

  17. Liliana 11.26.09 / 12pm

    Salut neveu,
    Un an quasiment (a une semaine prés) depuis nos brefs retrouvailles belgradoises. et que de chemin et d’aventures …. Tu m’épates toujours autant, et c’est un bonheur a te lire. Mille mercis pour la reprise de ton blog . Je pense que ca te prends beaucoup de tems et demande les moyens qui ne sont pas facilement a ta disposition mais c’est un régal. J’ai eu le plaisir de reconnaitre certaines étapes de ton voyage, La forteresse de Gwalior, CHAPEAU d’avoir monté a vélo, c’est un exploit en soi. J’espère que tu te ressources au Népal , et le trek direction Annapurna t’aura offert une parenthèse de calme et de communion avec la nature. Au demeurant je te souhaite une nature pas hostile, juste du grandiose pour en avoir plein la vue et les bruits doux de la dame nature pour soigner tes oreilles maltraitées.
    Avant de quitter le Népal adresse mes félicitation a Indra . Malgré son jeune age il a déjà fait de sa vie quelque chose de bien. Pas mal que vos chemins se soit croisés, pas étonnant non plus, 2 personnes accomplissant des choses hors norme. Des choses “simples” a portée de tous mais que seulement quelques BRAVES entreprennent !! Chapeau ! Et pour la suite ? Quel itinéraire ? Par ou compte tu entrer en Chine ? Le Népal et l’hiver qui arrive ne semble pas compatible a poursuivre le trajet par là. D’ou vas-tu nous écrire encore ? Que va t’on découvrir encore grâce a toi, ta ténacité et ta débrouillardise ??? Ou sera tu pour fêter l’an 2010 (après avoir franchi il y a peu le seuil de 1130) je ne m’imaginais pas que ce voyage était une machine a voyager dans le temps aussi. Décidemment je sens bien que l’on est pas a bout de nos surprises. De mon coté je pourrais juste ajouter sur un prochain CV j’ai eu la grippe A . Et j’ai survécu a ca aussi .Et ce n’est rien qu’une grippette . (Quand elle se passe sans complications of course) me voila débarrassée de la question métaphysique : vaccin or not vaccin qui fait actuellement rage dans l’hexagone. J’étais prise de court et me suis fabriqué mes propres anticorps sans faire exprès. Tant-pis pour l’industrie pharmaceutique. Bizzzzzzzzz Wallet’s gang

  18. Sacha 12.02.09 / 10am

    Salut Franck, je suis a Dubrovnik, une fois de plus et un an exactement apres notre rencontre, et je viens de rencontrer trois francais qui sont partis en velos de Marseille, et ils se dirige ou? en Mongolie. Ca devient une autoroute de biker ici.
    Je leurs ai donne l adresse de ton blog, ils te contacteront peut etre.
    Ici il fais un temps pourris et voir tes photos blase un peu mais toute la famille est contente pour toi.
    Prends soin de toi. je te souhaite que le meilleurs et attends de tes nouvelles avec impatience.
    Sacha.

  19. Lily and Josh 12.08.09 / 5am

    Wow, we are so amazed Frack! well done! On your way to china now? Its such a great achievement :) Take care and keep having fun!

    Hugs and kisses xox

  20. kayty (from cyprus) 12.23.09 / 3pm

    Franck!!

    well, its pretty clear from the frequency of your friends posting that you are quite an incredible lad! This has been the first time that ?ve looked at your journal- wow! Your photos are heart-stopping. Real life. real life. Good luck my friend. You are spectacular!

  21. Claire-Marie 01.04.10 / 9pm

    Salut Franck !

    Ca fait super plaisir de te lire à nouveau !

    De notre coté, nous sommes rentrés le 15 aout en France, comme prévu, et je bois ton récit avec nostalgie !!! quel bonheur !!

    SI dans ton retour ou à un autre moment, tu passes à Strasbourg, je serai vraiment ravie de partager mon toit et ma soirée avec toi !!!

    bonne continuation, et bonne nouvelle année à toi !!!

    22. mostafa 01.26.10 / 2pm

    hi franck
    where is my photo in the linke?

Blog du niveau intermédiaire |
Blouse Blanche en Inde |
STAGE ARGENTINE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyageromenaples
| Best Airlines
| Copaindoudou